Au revoir Blaireau de Susan VARLEY

Image

 

 

Il n’est pas toujours facile d’évoquer la mort avec ses enfants, plus encore quand c’est à l’occasion d’un décès et que nous sommes nous mêmes très en peine…

J’ai découvert cet album qui est d’une rare sensibilité. L’évocation de la fin de vie et du souvenir sont particulièrement bien amenés.

Image

 

Blaireau est vieux, il sent son corps fatigué, regrette l’énergie de sa jeunesse et il sent qu’il est bientôt temps pour lui de partir. Or, c’est le chagrin que ses amis éprouveront à sa disparition qui l’inquiète davantage; il a alors choisi de leurs expliquer qu’il entrera dans un Grand Tunnel sombre et que ce sera fini.

Image

 

Un soir Blaireau s’assoupit, il fait un rêve, le rêve du Grand Tunnel et se sent happé par celui-ci. Son corps le quitte. C’est la fin. Ses amis le découvrent le lendemain, comme endormi.

C’est alors le travail de deuil qui débute. Les amis se réunissent, accablés de chagrin et chacun, jour après jour, évoque les moments heureux qu’il a vécus avec Blaireau: Blaireau qui lui a appris à créer des guirlandes de papier, Blaireau qui a enseigné le patinage…

Il faut se souvenir de ceux qui nous ont quittés, c’est en parlant d’eux que nous les faisons encore vivre…

 

ImageImage

Au revoir Blaireau est un bel album, dont nous achevons souvent la lecture dans les larmes, pour mon Octave, 5 ans.

Au revoir Blaireau, Susan VAIRLEY, Gallimard Jeunesse, Coll. L’heure des histoires, 2010, 4.90 euros.

Publicités

La reine PanPanCuCu, d’Alex Sanders

Image

Ha les blogs!

C’est une lectrice qui m’a permis de découvrir cette collection : « Les rois et les reines » d’Alex SANDERS.

Les traits des personnages sont grossis, les situations amplifiées à outrance. Octave aime beaucoup : La Reine PanPanCucu, Le Roi CraCra, La Reine ProutProut, Le Roi PipiCaCa ou ZinZin, Hardi! Hardi!. Il y a l’embarras du choix.

Les personnages sont récurrents puisqu’on les retrouve d’un album à l’autre.

Les illustrations sont, à mon goût, un peu limites en terme de qualité (assez pauvres, personnages dessinés trop « grossièrement » -je ne suis pas en admiration devant) mais les textes sont un peu plus riches lexicalement.

C’est drôle. Octave rit beaucoup : les personnages sont grotesques. Ce sont des rois et reines anti-héros, ils sont à l’opposé de ce que l’on attendrait de leur position « sociale » : idiots, maladroits, pleurnichards, sales, vilains, mais c’est ce qu’aime mon petit.

Dans cet album la Reine PanPanCuCu invite ses amis pour son anniversaire, ils s’y rendent parce qu’ils redoutent qu’elle inscrive leur nom dans son Terrible-Carnet-Noir. Ils redoublent tous de maladresse, elle devient donc folle de rage…

A cause d’un glouton qui a jeté les bougies d’anniversaire pour dévorer le gâteau, sa robe prend feu et pour l’éteindre rien de tel que des fessées! C’est l’histoire de l’arroseur arrosé!

ImageImageImageImageImageImage

La Reine PanpanCucu, Alex SANDERS, Giboulées, Collection Rois les Reines, Gallimard Jeunesse, 12 février 1999, 5.79 euros

Le sapin de monsieur Jacobi, R. Barry

Image

Un livre qui se lit comme on ouvrirait une poupée gigogne : monsieur Jacobi achète un immense sapin pour orner son immense salon. Malheureusement,celui-ci est bien trop haut alors il en fait couper le sommet.

Image

Image

Image

La bonne récupère la partie coupée du sapin mais celle-ci est encore trop grande pour sa mansarde. Elle décide donc de couper son sapin et de jeter le surplus.

Image

Et c’est un jardinier qui récupère un petit sapin, pourtant trop grand pour sa maison. Il le coupe donc, en laissant une partie à la porte de sa maison et c’est un ours qui la récupère…

Image

Et ainsi de suite… jusqu’à ce qu’une famille de souris le trouve enfin parfait !

J’aime ces histoires dont Octave peut deviner les étapes, lui aussi me semble-t-il. Les illustrations et l’univers présentés sont un peu désuets, parce que très années 30. Le lexique employé ainsi que le choix des rimes et des alexandrins m’ont complètement charmée.

Même si la lecture n’en est pas facilitée, et que quelques mots de vocabulaire sont à expliquer, j’ai aimé ce changement de ton, rythme et d’approche.

Le sapin de monsieur Jacobi, R. Barry, A. Krief (traduction), Coll. L’heure des histoires, Gallimard Jeunesse.