Jeu du sport, d’Hervé TULLET

jeu du sortIl est temps pour les asticodoigts de faire un peu d’exercice. Tu es prêt à te lancer dans la compétition? Prends un stylo et dessine sur ton doigt deux yeux et une bouche…

Et voilà, tu as ton asticodoigt.

A vos marques? Prêts? Partez ! 

Voilà un beau programme proposé par cette quatrième de couverture ! Et en effet, que d’amusement. Chacun enfile ses petits doigts dans les pages et en avant pour l’exercice des index !

Je vous montre?

Jeu du sport 5jeu du sport1jeu du sport 3

Mon 4 ans et ses doigts encore si petits affronte ceux gigantesque de son Papa pour un combat de boxe.

Seul, il s’exerce à la gymnastique du trampoline.

Encore une fois Hervé TULLET a l’art de détourner le livre-objet, permettant à l’enfant de se l’approprier, d’être lui-même personnage des pages.

Un album très drôle et insolite, un titre parmi une large collection : jeu de construction, de balles, du cirque, des couleurs…

 

tous les livres sur Babelio.com

 

Publicités

Caroline, Pierre PROBST

Certains albums ou plutôt best-sellers des bibliothèques pour enfants se passeraient presque de photos. C’est le cas pour Caroline qui, à la maison, est passé d’une génération à l’autre.

Tous les albums de la collection sont lus et relus, non pas une fois, mais mille fois, avec des sourires béats et des éclats de rire.Image

Le rituel de la lecture débute inévitablement par l’énumération de tous les personnages au dos de la couverture : Boum, Youpi, Noiraud, Kid, Pitou, Pouf, Bobi, Pipo, tous les amis… Les enfants recommencent à deux encore et encore. Chacun a son préféré bien sur.

Image

Et ensuite, la lecture de l’histoire mais surtout, et là j’ai l’explication du succès presque inégalé de la lecture, la description des images! Elles complètent ce que que je raconte, elles sont riches en détail amusants et souvent inattendus.

Ordinairement, les illustrations vont de pair avec les textes, mais ce n’est pas vraiment le cas dans les albums de Caroline où les dessins font vraiment parler les enfants.

Image

Qui a vu le petite garçon qui pleure car on lui a chipé son ballon? qu’un personnage est écrasé sous le poids de celui, heureux, qui glisse du toboggan, et que deux sont coincés dans la balançoire?

Image

Ils font tous des bêtises et c’est très drôle !

Image

Caroline à la mer, Pierre PROBST, Hachette Jeunesse, 5.60 euros

La reine PanPanCuCu, d’Alex Sanders

Image

Ha les blogs!

C’est une lectrice qui m’a permis de découvrir cette collection : « Les rois et les reines » d’Alex SANDERS.

Les traits des personnages sont grossis, les situations amplifiées à outrance. Octave aime beaucoup : La Reine PanPanCucu, Le Roi CraCra, La Reine ProutProut, Le Roi PipiCaCa ou ZinZin, Hardi! Hardi!. Il y a l’embarras du choix.

Les personnages sont récurrents puisqu’on les retrouve d’un album à l’autre.

Les illustrations sont, à mon goût, un peu limites en terme de qualité (assez pauvres, personnages dessinés trop « grossièrement » -je ne suis pas en admiration devant) mais les textes sont un peu plus riches lexicalement.

C’est drôle. Octave rit beaucoup : les personnages sont grotesques. Ce sont des rois et reines anti-héros, ils sont à l’opposé de ce que l’on attendrait de leur position « sociale » : idiots, maladroits, pleurnichards, sales, vilains, mais c’est ce qu’aime mon petit.

Dans cet album la Reine PanPanCuCu invite ses amis pour son anniversaire, ils s’y rendent parce qu’ils redoutent qu’elle inscrive leur nom dans son Terrible-Carnet-Noir. Ils redoublent tous de maladresse, elle devient donc folle de rage…

A cause d’un glouton qui a jeté les bougies d’anniversaire pour dévorer le gâteau, sa robe prend feu et pour l’éteindre rien de tel que des fessées! C’est l’histoire de l’arroseur arrosé!

ImageImageImageImageImageImage

La Reine PanpanCucu, Alex SANDERS, Giboulées, Collection Rois les Reines, Gallimard Jeunesse, 12 février 1999, 5.79 euros