L’Oeuf et la Poule, de Iela et Enzo MARI

Image

Efficacité maximale pour ce très bel album qui se passe de tout texte : une poule et un coq pour débuter l’histoire, qui est aussi l’histoire de la vie.

Trois couleurs suffisent (jaune, noir et rouge) pour découvrir l’oeuf, ce qu’il contient, ce poussin qui grossit progressivement à l’intérieur de la coquille, la Maman qui couve toujours, le bec qui fend son abri et la naissance du Poussin.

Les dessins sont jolis, ils permettent de parler, commenter, expliquer aux petits amoureux et curieux de la nature. Charme suranné de notre album déniché en vide-grenier : une odeur de « vieux livre » qui accroît mon plaisir de lectrice…

Image

Image

ImageImage

L’Oeuf et la Poule, Iela et Enzo et Mari, L’Ecole des loisirs, Albums, juin 1994, 10.64 euros.

Publicités

De quelle couleur? de Tana HOBAN

Image

De tous les imagiers pour bébés, ce sont ceux de Tana HOBAN (photographe américaine des années 70) que je préfère .

Plutôt que des images peu représentatives de notre réalité, rien n’égale les photos. Le résultat est là puisque depuis quelques mois, Ernest pose ses pieds, ses mains sur les pages de l’album. Il cherche à caresser le chat, à étreindre l’ours en peluche, à souffler la bougie.

Un chouette apprentissage aux couleurs dans un sens et quand on retourne le livre, ce sont les chiffres ( de 1 à 10) qui sont représentés en photo.ImageImageImageImage

Il existe beaucoup d’albums de photos de ce genre: les plus connus de Tana HOBAN jouent sur les contrastes avec des images blanches sur fond noir et inversement (Qu’est-ce que c’est?, Blanc sur noir, Qui sont -ils?)

De quelle couleur? de Tana HOBAN, Kaleidoscope, Ecole des loisirs.

Je t’aime de toutes les couleurs, d’Alain CHICHE

Image

Ce livre est particulier : il ne me plait que très moyennement. En fait, ce qui est particulier, c’est que mes deux garçons l’ont adoré alors qu’aujourd’hui encore je n’explique pas leur engouement!

Il est certes très maniable (en carton épais), la forme est vraiment chouette puisqu’on retrouve les pétales de la marguerite, les couleurs sont vives et l’image répétitive.

Mais je n’aime pas les textes, je ne les trouve pas très chouettes (adjectifs et expressions « amoureuses » utilisées), mais je vous ai photographié quelques extraits pour plus d’objectivité!

C’est donc l’histoire d’amour d’une coccinelle et d’une marguerite narrée sur le modèle « je t’aime, un peu, beaucoup etc » en variant le coloris de ses pétales. D’ailleurs tout l’intérêt du livre réside dans l’apprentissage des couleurs.

Je vous laisse juges. Ce soir encore, je me demandais si le fait que je « surjoue » (pour compenser) lors de ma lecture ne contribue pas beaucoup au succès de cet album.

Image

Image

Je t’aime de toutes les couleurs, d’Alain CHICHE, Casterman, 5 février 2004, 8.49 euros